Ohemba-Wandje-Chirurgien-Plasticien-Paris_LiftingIl existe aujourd’hui plusieurs types de liftings qui permettent d’améliorer les disgrâces provoquées par le vieillissement du visage et du cou.
Le lifting cervico-facial est le plus fréquemment réalisé ; c’est la correction chirurgicale du vieillissement au niveau du cou ainsi qu’au niveau du visage depuis la région des tempes jusqu’à la région des bajoues.
L’opération a pour but de traiter l’affaissement et le relâchement de la peau et des muscles du visage (tempes et sourcils, joues, bajoues, ovale du visage) et du cou. L’objectif d’une telle intervention est de retrouver l’aspect qui était le sien quelques années auparavant.

AVANT L'INTERVENTION

Un bilan pré-opératoire habituel est réalisé conformément aux prescriptions.
Le médecin anesthésiste sera vu en consultation au plus tard 48 heures avant l’intervention.
Aucun médicament contenant de l’aspirine ne devra être pris dans les 3 semaines précédant l’intervention.

TYPE D'ANESTHÉSIE

Le lifting cervico-facial peut être réalisé sous anesthésie générale ou sous anesthésie locale approfondie par des tranquillisants administrés par voie intra-veineuse (anesthésie « vigile »).

MODALITÉS D'HOSPITALISATION

Une hospitalisation de 24 à 48 heures est habituellement nécessaire.

L'INTERVENTION

L’incision est en grande partie cachée dans les cheveux et au pourtour de l’oreille.
A partir des incisions, un décollement est fait sous la peau ; son étendue est fonction de chaque cas, notamment de l’importance du relâchement des tissus.
On procède ensuite à une remise en tension extrêmement précise et dosée du plan musculo-aponévrotique, afin de corriger l’affaissement profond, tout en conservant au visage son expression naturelle.
L’excédent cutané est supprimé, les sutures faites sans tension.
En fin d’intervention, le pansement réalisé fait le tour de la tête.
En fonction du chirurgien, de l’importance des corrections à apporter et des gestes éventuellement associés, l’intervention peut durer de deux à quatre heures.

SUITES OPÉRATOIRES

La sortie pourra intervenir soit le lendemain, soit le surlendemain de l’intervention.
Les 10 premiers jours, il faut se reposer au maximum et éviter tout effort violent.
Au cours de ces premiers jours, l’opéré(e) ne doit ni s’étonner ni s’inquiéter :

  • 
- d’un œdème (gonflement) qui peut être plus accentué le deuxième jour que le premier,
  • – d’ecchymoses (bleus) dans la région du cou et du menton,
  • – d’une sensation de tension douloureuse ou désagréable, surtout en arrière des oreilles, et autour du cou.
Ces ecchymoses et ces oedèmes disparaissent en moyenne dans les 2 semaines post-opératoires.

Au bout du premier mois, le gonflement a en général presque disparu. Mais il persiste une légère induration des zones décollées, plus palpable que visible. Les oreilles et les joues ne retrouvent leur sensibilité normale que quelques mois plus tard.
Parfois, on peut observer, pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois après l’intervention, une sensation d’inconfort, de tension des tissus, de pesanteur un peu désagréable, qui finit par disparaître.
Les cicatrices sont cachées en avant et en arrière par les cheveux. La seule zone légèrement visible, en avant du lobe de l’oreille, peut être temporairement masquée par la coiffure ou le maquillage.

LE RÉSULTAT

Au bout de un à trois mois, on peut avoir une bonne idée du résultat définitif. Mais les cicatrices sont encore un peu rosées et indurées et ne s’atténuent que vers le sixième mois.
On obtient un effet de rajeunissement appréciable, qui reste toutefois très naturel : le visage n’a pas un aspect « chirurgical » et a retrouvé approximativement les traits qui étaient les siens huit ou douze ans auparavant, ce qui donne globalement un aspect reposé, détendu et rafraîchi.
Cette amélioration physique s’accompagne en règle générale d’un mieux être psychologique.