L’hypertrophie mammaire est définie par un volume des seins trop important, notamment par rapport à la morphologie de la patiente.
Une poitrine volumineuse peut être causée par une augmentation du volume de la glande mammaire, ou par une augmentation du tissus adipeux mammaire.

Elle a une répercussion physique et fonctionnelle associée à des douleurs chroniques du cou, des épaules et du dos. Elle peut être aussi une gêne pour la pratique du sport. Elle a fréquemment un retentissement psychologique notable.

La réduction mammaire est une intervention chirurgicale qui a pour but la réduction du volume des seins, la correction de la ptose et d’une éventuelle asymétrie, afin d’obtenir des seins harmonieux et adaptés à la morphologie de la patiente.

Grâce à une réduction mammaire, le docteur peut ainsi adapter le volume des seins à la taille souhaitée par la patiente et accroître l’harmonie entre sa poitrine et sa silhouette.

Cette intervention a en général un retentissement favorable sur l’équilibre du poids, la pratique des sports, les possibilités vestimentaires et l’état psychologique.

DÉROULEMENT DE L'OPÉRATION

Sous anesthésie générale. Une consultation d’anesthésie s’effectue au plus tard 48h avant l’intervention.
Outre les examens pré-opératoires habituels, il peut-être utile de vérifier l’imagerie mammaire (par une mammographie ou une échographie).
L’intervention dure en moyenne 2 heures. Elle vise à enlever l’excès de peau, de graisse et/ ou de tissus glandulaire, puis, repositionner la peau, le mamelon et l’aréole.
On peut ainsi diminuer la taille de la poitrine et assurer une bonne tenue et un bon galbe au nouveaux seins afin de leur redonner une apparence et une forme juvénile.
Une réduction mammaire peut être accompagnée d’une correction des mamelons ou d’une réduction de l’aréole.
Pour terminer, des drains sont laissés en place quelques jours après l’intervention de manière à ce que le sang ou le liquide qui peuvent se collecter soit éliminés. Les incisions sont ensuite suturées à l’aide de fils très fins pour limiter les cicatrices.

SUITES OPÉRATOIRES

Elles sont en général peu douloureuses, ne nécessitant que des antalgiques simples. Un gonflement (œdème) et les ecchymoses (bleus) des seins, ainsi qu’une gêne à l’élévation des bras sont fréquemment observés.
Les premiers jours suivant la réduction mammaire, les cicatrices sont quelque peu rouges. Peu à peu, elles s’estompent et s’égalisent.
Afin d’accélérer le processus de guérison, vous pouvez masser les cicatrices avec une crème deux semaines après l’intervention.
Il est conseillé de porter un soutien-gorge de contention pendant un mois, nuit et jour.
Les fils de suture, étant résorbables, ne seront pas retirés.
Il convient d’envisager un arrêt de travail de 8 à15 jours.
La reprise du sport s’effectue après 3 mois.
Une grossesse ultérieure ainsi qu’un allaitement sont possibles, mais il est conseillé d’attendre au moins six mois après l’intervention.

Le résultat ne peut être jugé qu’à partir d’un an après l’intervention. La poitrine a alors un galbe harmonieux et naturel.
Au delà de l’amélioration locale, cette intervention a en général un retentissement favorable sur l’équilibre du poids, la pratique des sports, les possibilités vestimentaires et l’état psychologique.
Une réduction mammaire est définitive. Le patient doit trouver son poids d’équilibre avant la réduction mammaire. Un amaigrissement suite à une diminution de la poitrine peut provoquer des seins flasques.