L’orgasme est le summum du plaisir ressenti lors d’un rapport sexuel. C’est donc un état d’intense plaisir que l’on atteint au cours de l’acte. Il se manifeste de plusieurs façons chez la femme, soit par des spasmes, une évasion momentanée (certaines femmes affirment en effet «avoir vu des étoiles»). D’autres, plus rares l’expriment par une éjaculation (émission d’un liquide provenant de l’urètre). Au cours de cet état second, le clitoris se rétracte et le vagin subit une dizaine de contractions.

Pour vivre ce moment intense de plaisir, il faut stimuler certaines parties appelées zones érogènes chez la femme. Les plus connues sont le vagin et le clitoris. Mais toutes les femmes ne réagissent pas de la même manière à la stimulation de ces deux zones érogènes. En effet, certaines femmes sont davantage sensibles à une stimulation du vagin que du clitoris et vice-versa. Il existe par ailleurs une autre zone érogène beaucoup moins connue que les précédentes et à laquelle la majorité des femmes est très sensible: c’est le point G. L’orgasme vaginal serait intrinsèquement lié au point G.

Le point G : ce qu’il faut savoir

Le point G ou point de Gräfenberg, du nom du sexologue qui fut le premier à se pencher sur le plaisir féminin en 1950, est un tissu érectile situé à l’intérieur du vagin. Il se situe plus précisément dans la partie antérieure de la cavité vaginale entre 1 et 4 cm de l’entrée.

Le point G est réputé, lorsqu’il est idéalement stimulé, pour procurer un plaisir intense à la femme. Mais il n’est pas si évident à atteindre. C’est pour cela que des techniques médicales ont été pensées pour en faciliter l’atteinte et donc la stimulation. Il s’agit de l’augmentation du point G par injection d’acide hyalorunique ou de graisse (lipofilling).

Augmentation du point G par injection d’acide hyaluronique

L’acide hyaluronique a des propriétés bien connues de grossissement. De plus, elle est naturellement présente dans divers tissus du corps.
L’intervention consistera donc à augmenter la zone du point G afin de rendre ce dernier plus accessible.
C’est une intervention plutôt simple. En effet, elle se déroule en 15 minutes au plus. La patiente est placée en position gynécologique. Après une anesthésie locale de la zone concernée, généralement à l’aide d’une crème anesthésiante, le spécialiste réalise l’injection de la zone ciblée. À la fin de l’intervention, on note une augmentation palpable de la zone concernée.

L’effet dure en moyenne 6 à 8 mois.
Tout rapport sexuel est à proscrire dans les 72 heures suivant l’intervention. Il est par contre possible de suivre une activité sportive. Il est possible que la patiente ressente de petits picotements le lendemain suivant l’injection.

Augmentation du point G par Lipofilling

Le principe reste le même que par injection d’acide hyaluronique. La différence est que lors d’un lipofilling, c’est la graisse de la patiente qui est prélevée sur l’une des parties de son corps (cuisses ou ventre par exemple), puis traitée avant d’être injectée dans la zone du point G.
Contrairement à l’injection par acide hyaluronique, le lipofilling est une opération chirurgicale et ambulatoire. La patiente rentre cependant chez elle le même jour.